.

CONNECTEZ-VOUS A L'ESPACE ADHERENT

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha

btn adherer

btn fb offbtn tw offbtn in off

sliderservicecentral

PRODUCTION DE POMMES DE TERRE A PARTIR DE GRAINES POUR L’APPROVISIONNEMENT DES PAYS OU ZONES TRES DIFFICILES D’ACCES EN DIFFICULTE ALIMENTAIRE

DOSSIER AGRO SANS FRONTIERE AVEC LE SOUTIEN DU COMITE NORD PLANT DE POMMES DE TERRE PRODUCTION DE POMMES DE POMMES DE TERRE A PARTIR DE GRAINE

Le dossier d’Agro sans Frontière consiste à produire des pommes de terre de consommation à partir de graines dans le but d’approvisionner facilement des pays ou des zones totalement inaccessibles par transport routier ou par voie navigable pour l’acheminement des tubercules (plants)
Ce projet présente deux avantages majeurs :
- Utilisation de graines pour la semence donc facilité de transport et de stockage
- Production de consommation dans l’année sans passer par les magasins de stockage de plants

1 INTRODUCTION

2 HISTORIQUE DE LA POMME DE TERRE EN EUROPE

3 LE MODE DE MULTIPLICATION DES POMMES DE TERRE

4 LE MARCHE DU PLANT DE POMMES DE TERRE

5 APPROVISIONNEMENT DES PAYS TRES DIFFICILES D’ACCES

6 PROJET AGRO SANS FRONTIERE : LES GRAINES DE POMMES DE TERRE POUR LES PAYS TRES ELOIGNES
6.1 SCHEMA DE PRESENTATION GENERAL
6.2 OBTENTION DES GRAINES
6.3 MODE DE PRODUCTION DES TUBERCULES A PARTIR DES GRAINES

7 CONCLUSION SUR LA TECHNIQUE GRAINES


1 INTRODUCTION :
La pomme de terre représente la 4ème production végétale au monde. Elle se situe après le riz, le blé et le maïs.
Son importance économique est incontestable et permet d’assurer une alimentation à une population de plus en plus nombreuse. Cependant, la production de la pomme de terre destinée à la consommation implique l’obligation de disposer d’un plant de haute qualité germinative et sanitaire. L’aspect sanitaire est le point clef de la production de la consommation. Mais cela implique d’avoir des conditions géographiques notamment climatiques favorables pour assurer la production de plants.
Ces conditions géographiques sont particulièrement favorables pour l’Europe septentrionale en particulier dans la zone nord et ouest de la France. Cela explique pourquoi, les pays producteurs de plants se situent dans ces zones.
A contrario, les pays soumis à des conditions climatiques chaudes et humides sont généralement pénalisés pour la production de plants de haute qualité et sont donc en partie dépendants des pays producteurs bien localisés.
Il faut toutefois, préciser que les pays notamment du bassin méditerranéen ont deux productions annuelles de pommes de terre si bien qu’à une période de l’année ils sont démunis de tubercules et sont contraints de les acheter à l’extérieur.

Un commerce s’est donc créé entre les pays producteurs de plants et les pays producteurs de consommation de type bassin méditerranéen. Ainsi des millions de tonnes de tubercules/plants traversent la méditerranée, voire l’Atlantique pour acheminer les tubercules sur les lieux de production. Ces pays sont généralement capables d’acheter ces plants car ils commercialisent en retour la pomme de terre primeurs sur l’Union Européenne ce qui est le cas pour l’Egypte.

Cependant, pour les pays très éloignés et difficile d’accès un transport camion ou bateau ou autres est quasiment inenvisageable. Une solution est donc un approvisionnement par graines de pommes de terre. Les frais et les conditions de transport sont ainsi fortement réduits. Mais cela nécessite d’avoir des graines de qualité et de bien maîtriser ce type de production.


2 HISTORIQUE DE LA POMME DE TERRE EN EUROPE
L’introduction de la pomme de terre dans l’Occident est la conséquence de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Cette nouvelle espèce totalement inconnue dans l’ancien monde a initialement eu quelques difficultés pour être acceptée par une population qui redoutait ce tubercule produit dans la terre. Mais son intérêt alimentaire a été déterminant pour les populations ce qui permit de compléter voire de suppléer l’apport alimentaire des espèces locales.
Quelle serait l’alimentation humaine si la pomme de terre n’existait pas de nos jours?

Les peuples européens souffraient régulièrement de faim. Les famines rôdaient et elles emportaient les plus faibles, c’est-à-dire les enfants et les vieillards.
Les premiers tubercules arrivés en Europe appartenaient à l’espèce « tuberosum » et progressivement les hommes ont appris à la cultiver.
Pendant les périodes de disette, les pommes de terre étaient issues de simples pelures qui renfermaient en fait les germes. La faim faisait en sorte qu’il était difficile de conserver des tubercules pour la plantation de l’année suivante. Ces tubercules étaient conservés dans les endroits à l’abri de la lumière pour empêcher leur verdissement car le tubercule de pomme de terre est fait une tige renflée.


3 LE MODE DE MULTIPLICATION DES POMMES DE TERRE
La multiplication végétative (plantation des tubercules) a été utilisée pour obtenir de nouvelles générations de tubercules.
C’est un point majeur de la multiplication des pommes de terre. Cependant, très vite la culture de la pomme de terre a été rendue difficile par ce qui était convenu d’appeler la « Dégénérescence ». Au fil des multiplications, les récoltes de pomme de terre diminuaient fortement car les plants mères étaient atteints de maladie. Il fallait comprendre pourquoi la pomme de terre dégénérait jusqu’à atteindre des rendements de quelques tonnes (6 à 7 tonnes à l’ha contre 20 à 30 voire plus suivant les variétés avec des plants mères sains).
En fait la dégénérescence était en fait due à l’introduction dans la plante de virus par les pucerons. Lorsque ceux-ci piquaient la plante pour sucer la sève ils lui transmettaient le virus. Ce virus provoquait des déformations de feuillages pouvant être graves ou diffus. Cela a nécessité la mise en place de schéma de sélection très strict pour que les plantes malades fassent l’objet d’épuration.
C’est ce schéma qui s’est développé à travers le monde.

La technique de sélection sanitaire par le suivi des descendances sur plusieurs générations a la production de ressources en Semences mères appelées Plants mères. La région Nord qui deviendra avec la région Bretagne les deux grandes régions de production françaises. Cette démarche s’est également mise en place dans d’autres pays où les conditions sanitaires et climatiques ont permis de ce type de pratique : il s’agit des Pays-Bas et de l’Ecosse notamment.

La production de plants devenait donc une production de spécialistes pour certains pays capables de s’organiser pour la culture des Plants de pommes de terre. C’est un point capital car les pays chauds lourdement chargés en pucerons et en conditions climatiques humides chaudes ne peuvent pas produire du plant ou difficilement. En revanche, à partir d’un plant sain ils peuvent produire la consommation indispensable à l’alimentation de leur population. C’est le cas de tous les pays du Bassin méditerranéens notamment.

La recherche de nouvelles variétés
A ce travail de production de plants sains, s’ajoute comme pour toute espèce la recherche de nouvelles variétés capables de donner de meilleurs rendements mais également de mieux résister aux maladies. La sélection végétale se mettait en place et la sélection sanitaire permettait la production de plants sains pour de nouvelles variétés. De part le monde, des pays disposaient de systèmes de recherche avec des sélectionneurs/obtenteurs qui allaient en quelques décennies donner des variétés capables de faire « pâlir d’envi » l’Amérique leur lieu d’origine !


4 LE MARCHE DU PLANT DE POMMES DE TERRE
Le marché du plant de pommes de terre est devenu une activité à part entière pour les pays en situation septentrionale. Ainsi chaque année des milliers de tonnes traversent les mers pour approvisionner ces pays en plants de pommes de terre qui leur sont indispensables pour assurer la production de pommes de terre de consommation. Ces pommes de terre peuvent aller jusqu’à Cuba, l’Uruguay, etc.
Ce marché permet l’approvisionnement des pays ne bénéficiant pas de conditions favorables pour une obtention de plants sains et produisant deux générations de pommes de terre dans l’année.
Le marché du plant s’est donc organisé à partir de tubercules sains issus de la sélection variétale et de la sélection sanitaire.
L’intérêt de ce type d’approche est d’être sûr à chaque génération de produire des tubercules sains de la variété qui a été choisie pour ces qualités gustatives, de résistance aux maladies, de rendements élevés, etc. Les tubercules produits sont conformes aux tubercules mères : même forme : tubercules long ou court ou oblong avec des yeux superficiels pour faciliter les opérations d’épluchage, etc.
Cependant, la production de pommes de terre pose quelques problèmes notamment en terme de poids de plants mères à mettre en terre par ha. En règle générale il faut 2,5t de plants mères pour planter un ha. C’est donc un produit pondéreux. Cela conduit à disposer de moyens nécessaires pour transporter ces milliers de tonnes d’un continent à autre. Bien sûr toute une organisation a été mise en place avec des chargements particuliers sur les bateaux, des conditions de stockages réfrigérées pour éviter la germination des tubercules, le développement de maladies, etc.

Le marché du plant de pommes de terre est donc accessible aux pays qui disposent de tout cet ensemble d’organisation. Et à juste titre cela leur permettra d’obtenir une production de consommation à haute valeur ajoutée qui sert à alimenter leur propre population mais qui ramènent des devises lors de la vente de pommes de terre primeurs Dans l’Union Européenne. C’est le cas de l’Egypte qui commerciale en moyenne annuellement quelques 200 000 t de primeurs sur l’Union européenne. Ainsi le prix du plant est bien amorti !


5 APPROVISIONNEMENT DES PAYS TRES DIFFICILES D’ACCES
Les difficultés d’approvisionnement des pays en difficultés alimentaires qui sont très éloignés de l’Union Européenne posent d’énormes difficultés ce qui se traduira par une impossibilité de production par ces pays. D’une part, ces pays ne peuvent pas acheter les tubercules et de plus les difficultés du voyage pénalisent lourdement la marchandise qui se dégrade (pourriture, tubercules à germination avancée, blocage aux frontières, dangerosité du transport, etc.)
Ces pays ne produiront donc pas de pommes de terre pour leur consommation alors que leur population se trouve en difficultés alimentaires.
Ils n’en n’ont pas les moyens !

L’intérêt de la culture de la pomme de terre pour ces pays : la pomme de terre est une espèce facile à produire et qui ne rentre pas en compétition avec d’autres cultures. En règle générale sa culture se produit pendant la période où il n’y a pas de cultures pour d’autres espèces. Son cycle de multiplication est court et cette espèce apporte la possibilité d’une alimentation riche en glucide et en éléments minéraux. C’est l’espèce qui produit le plus de glucide par ha.
Et en plus, elle permet d’occuper une population en manque d’activité à cette période.
En conclusion, elle nous parait particulièrement intéressante surtout pour ces pays qui ne peuvent pas la produire car ils ne disposent pas de plants sains.


6 PROJET AGRO SANS FRONTIERE : LES GRAINES DE POMMES DE TERRE POUR LES PAYS TRES ELOIGNES
La solution à apporter est d’une part, de trouver un moyen capable de pouvoir approvisionner sans grands frais ces populations et de mettre à leur disposition un approvisionnement régulier qui n’est pas pondéreux et donc facile à voyager et d’autre part, d’éviter le stockage du plant de pommes de terre en magasin réfrigéré (voir le développement technique)

La solution est donc de passer par la SEMENCE VRAIE C’EST-A-DIRE LA GRAINE. La production de graines de pommes de terre reste possible. Cette technique a parfois fait l’objet d’études mais n’a jamais fait l’objet d’un fort développement en raison de la concurrence déséquilibrée faite par la production de tubercules.

Il est évident que sur des zones faciles à approvisionner l’utilisation de tubercules reste le meilleur choix car la culture est facile avec des rendements élevés de tubercules bien calibrés tous identiques à la variété de départ.

Néanmoins la production de semences vraies peut être facile à obtenir. Ces semences sont produites par les fleurs sur certaines variétés fertiles qui fécondées donneront des baies renfermant les graines. Cependant, toutes les variétés de pommes de terre ne donnent pas des fleurs ou ne sont pas fertiles (fleurs sans pollen par exemple). Mais il existe quelques variétés très fructifères avec lesquelles on obtient des graines.
Actuellement, ces graines ne sont pas récupérées et sont abandonnées dans les champs. Le projet concerne donc cette possibilité d’utilisation de variétés fructifères en vue de la récupération de graines pour permettre d’avoir directement une production de pommes de terre

Enfin, il faut définir un schéma de production sur une année pour éviter l’obligation de passer par des magasins de stockage réfrigérés totalement indispensable dans ces pays.

Le projet d’AGRO SANS FRONTIERE se déroule sur plusieurs phases présenté ci-dessous :

6.1 SCHEMA DE PRESENTATION GENERAL
Le système est basé sur une production de pommes de terre de consommation sur une année car ces pays produisent deux générations de pommes de terre par an.
En règle générale, le semis par graine se fait en mars/avril avec une récolte de tubercules 3 mois plus tard prévue juin/juillet/début août. Les tubercules récoltés sont conservés en caisse pour incubation et sont replantés octobre/novembre pour une récolte de consommation en décembre/janvier.

6.2 OBTENTION DES GRAINES
Dans un premier temps, les experts d’Agro Sans Frontière se chargent de récupérer, de préparer, de conditionner les graines de pommes de terre.

Agro sans frontière a donc étudié cette possibilité de production de graines depuis plusieurs années notamment avec ses experts qui ont œuvré pendant 40 ans sur cette espèce. Il est donc possible après nos études d’obtenir facilement des graines de pommes de terre.
Ces graines sont produites à partir de certaines variétés.

Dans le cas présent, le Comité Nord grande région de production de plants de pommes de terre de la France a mis à notre disposition des moyens qui ont rendu cette étude possible en particulier grâce à une variété de leur sélection. Cette variété dispose de la caractéristique de produire facilement des baies. Notre expert Jacques AUBLE a ainsi pu obtenir des milliers de graines pour mettre en place des expérimentations en différents lieux : Région Nord de la France, Mali, Ile Rodrigue, etc.
Les expérimentations conduites nous permettent aujourd’hui de penser que ce type de production est très prometteur et qu’il est une solution à l’approvisionnement des zones difficiles d’accès.et donc une solution à la politique alimentaire de ces pays.
Jacques AUBLE a préparé un document de présentation et fourni les explications sur ce système de récupération des graines. Pour 2012, plusieurs milliers de graines ont été récupérées et sont donc à disposition des pays.

Mode de récupération des graines


Fleurs en cours d’autofécondation

Baies issues d’autofécondation de la fleur

Graines produites à l’intérieur des baies

Récolte des baies renfermant des milliers de graines

Extraction des graines : phase 1

Extraction des graines : phase 2

Extraction des graines : phase 3

Séparation de la pulpe et des graines dans l’eau avec un mélangeur

Séparation de la pulpe et tamisage

Séchage des graines

Stockage des graines

6.3 MODE DE PRODUCTION DES TUBERCULES A PARTIR DES GRAINES

Le choix pour chacun des pays retenus est le suivant : le semis sera effectué pour une surface d’un hectare (Semis de 200 000 graines pour 1 hectare) ou d’une surface inférieure pour permettre aux responsables locaux de s’approprier au mieux cette nouvelle technique de production.
Toutefois lorsque la technique sera bien maîtrisée pour une production d’un hectare nous aurons les données suivantes :
Chaque graine donnera une plantule ayant en moyenne 2,5 tubercules soit un total de 500 000 tubercules pour un hectare
Ces 500 000 tubercules seront plantés à raison de 60 000 tubercules par hectares ce qui donnera environ 10 ha de plantation
Ces 10 ha donneront à raison de 35 t/ha : 350 tonnes de pommes de terre de consommation
Ces 350 t représentent 350 000 Kg si on considère une consommation de l’ordre de 50 Kg de pommes de terre/an/personne nous aurons la possibilité d’alimenter en pommes de terre chaque année : 7000 personnes.

PRESENTATION DU MODE DE PRODUCTION
Les différentes étapes présentent ci-dessous la technique de production de tubercules à partir des graines obtenues sur les baies des plantes.
Les fleurs de pommes de terre donnent des baies qui renferment des graines. Après plusieurs années d’expérimentation aussi bien en France qu’en Afrique notamment une variété appartenant au Comité Nord a été sélectionnée pour sa capacité à produire des graines capables de donner à leur tour une production de tubercules avec un rendement appréciables.
Après avoir prélevé, séché, conditionné les graines suivant une technique mise au point par Jacques AUBLE, il faut procéder comme suit :

1 Semer les graines sur buvard humidifié et couvrir avec un
film transparent

2 Après quelques jours (6 à 10 selon la
température) les graines commencent à germer

3 Semer les graines germées dans des terrines, placées en plein
air (environ 250 graines par terrine)

4 Observation après 10 jours

5 Dès que les plantules ont atteins 6 à 10
cm les repiquer en pépinière

6 Dès que les plantules ont atteint 6 à 10 cm, les repiquer en pépinière. Chaque graine donnant une tige, il faut entre 25 et 30 plantules au M² (250 000 à 300 000 tiges à l’hectare)

9 Après environ 60 jours, 150 graines en
végétation

10 La récolte peut se faire environ 100 jours après la
Plantation

11 Récolte de 150 graines le 30 aout 2011

12 Répartition des calibres
+ de 50 25/50 0/25
14

Une autre expérimentation 2012 montre que sur 100 graines nous avons eu les résultats ci-dessous :

Résultats de l’expérimentation 2012


7 CONCLUSION SUR LA TECHNIQUE GRAINES
Cette technique de production de pommes de terre à partir de graines est certainement la technique adaptée pour permettre aux pays éloignés et en difficulté alimentaire d’être approvisionner en semences en utilisant ce système pour une production annuelle de pommes de terre de consommation.
Il est évident que la facilité de conservation, de transport en font une méthode qui doit trouver un développement dans ce cadre d’intervention. Rappelons que pour planter un hectare de pommes de terre il faut en moyenne 2 tonnes à 2,5 tonnes alors que par la technique de graines il suffit de 200 g de semences par hectare.

Agro Sans Frontière et ses experts sont à disposition de toute structure voulant bénéficier de cet appui : dans le cas présent, des productions seront prochainement mises en place dans les différents pays (Mali, Cameroun, Bénin, Congo, Bénin, Sénégal) en collaboration avec des responsables locaux. La mise en place est aisée et nous disposons de variétés capables de nous fournir annuellement en graines/semences.
Rappelons que la pomme de terre est la 4 ème production dans le monde et que son intérêt comme cela a été montré précédemment est incontestable.
Néanmoins, la mise en œuvre totale du système nécessite un travail important des hommes qui s’investissent dans ce dossier mais ce travail ne pourra aller jusqu’à son terme si les moyens financiers nous sont accordés.